Le Figaro (Martine Perez)

Publié le samedi  10 mars 2012
Mis à jour le vendredi  3 février 2017

Un peu d’alcool stimule les endorphines du cerveau

Martine Perez

Le Figaro, supplément Santé

25/03/2009


De faibles doses d’alcool induisent la sécrétion d’endorphines dans le cerveau. Ce phénomène explique la sensation de bien-être ressentie après avoir bu un verre de vin.

Si les Français prisent tellement le vin, ce n’est pas tant pour son effet sur les papilles gustatives qu’en raison de la détente et de la sensation de bien-être qu’il procure. Des travaux menés chez le rat et publiés cette semaine sur le site Internet de la revue Alcoholism : clinical and experimental research viennent de révéler qu’une consommation faible ou modérée d’alcool accroît la production par le cerveau des endorphines, ces précieux médiateurs chimiques — sorte de morphine endogène — secrétés par certains neurones. [...]

Un « Traité de bon usage du vin »

C’est sans doute cette augmentation d’endorphines qui explique la légère euphorie, la baisse de l’anxiété et le sentiment général de bien-être produit par l’absorption d’alcool. [...] Au XVIe siècle, dans un petit opuscule inédit Traité de bon usage du vin retrouvé traduit en tchèque et publié ce mois-ci en français par les éditions Allia, Rabelais avait déjà perçu avec pertinence les effets du vin et n’y allait pas, lui, par quatre chemins : « Ho ! Frérots ! Aux abreuvoirs ! Que le vin a maintes qualités et guérit les maux de l’âme, voilà qui est certain… Mais plus que tout, gardez-vous de l’eau ! De tous les fluides, c’est le plus virulent ! »