Libération (Alain Dreyfus)

Publié le mardi  7 février 2012
Mis à jour le dimanche  18 mars 2012

LIBÉRATION

6 février 2004

Un siècle en lumière

par Alain Dreyfus

Certains font le tour du monde en 80 jours, d’autres, comme le Tchèque (parisien depuis 1984) Patrik Ourednik, celui d’un siècle en 151 pages. Tout commence au pas de charge, précisément celui des « Américains qui ont débarqué en 1944 en Normandie, (...) de vrais gaillards qui mesuraient en moyenne 1m73 et si on avait pu les ranger bout à bout plante des pieds contre crâne ils auraient mesuré 38 kilomètres. » Composé à l’ancienne, avec des apostilles, ces petits résumés italisés en marge à chaque page  Les Allemands inventèrent le gaz », « Le monde est corrompu », « Ceux qui connaissaient le crawl », « Les Juifs cherchent à souiller l’Europe », « Les poupées à zizi », etc.), Europeana, sans se soucier de la chronologie, décline, en une intarissable logorrhée assaisonnée d’une ironie équanime, les péripéties de cent années très inventives en matière de massacres et d’idéologies rationalo-délirantes. Guerres, altermondialisme, nazisme, contre culture, communisme, hippysme, citoyenneté interactive, New Age, génocides, libéralisme, tout passe à la moulinette pour en sortir en fines lamelles d’horreur et d’hilarité. Le tout, dense et compact comme un steak haché, donne un précipité du siècle auquel on doit les chambres à gaz et le principe de précaution, l’airbag et la bombe à neutrons. Comme par hasard, Patrik Ourednik est né en 1957 dans la ville de Kafka et a traduit pour les Praguois Alfred Jarry, Raymond Queneau, Henri Michaux et Samuel Beckett.